Parutions

dans la Presse et sur le web

14 janvier 2013

Zap Magazine janvier 2013

Interview

| Lire la suite

30 décembre 2012

ENTRETIEN AVEC KYRIAKOS KAZIRAS – LE REGARD DU PHOTOGRAPHE

Interview par Runners to the Pole

Il a un talent hors du commun, un talent qui lui permet de transmettre des émotions par la photographie, notamment par le croisement des regards.

Voilà des années qu’il voyage aux quatre coins du monde pour aller à la rencontre de la faune sauvage, notamment dans les régions polaires sur les traces de l’ours blanc. Il peut parler pendant des heures avec passion de ses photos, des anecdotes qui les entourent, des émotions qu’il a ressenties. Lauréat des ZOOMS du Salon de la Photo 2012, son travail est de plus en plus reconnu et sa notoriété grandissante. C’est lors d’une expédition en Arctique que nous l’avons rencontré.

Entretien avec un artiste à la sensibilité touchante, entretien avec notre ami, Kyriakos Kaziras.

Kaziras Spitzberg - Runners to the Pole 30/12/2012

| Lire la suite

21 décembre 2012

Face à face avec ces animaux qu'on dit sauvage

Chronique du livre Animal Émotion par salon-litteraire.com

« Animal Emotion » de Kyriakos KazirasParmi toutes ces magnifiques photos, celles qui ont directement capté le regard des animaux sont sans doute les plus belles, mieux, les plus émouvantes tant dans ces yeux qui nous fixent se lisent la surprise, la bonté, la crainte, la férocité contenue, la patience, l’acuité face à la proie possible, la vérité de l’espèce en somme, sans détour, sans fausseté, sans naïveté non plus. De près, dans ce face à face éphémère, c’est la nature animale même qui se dévoile, la présence d’une conscience qui s’ignore peut-être mais qui ressent, pressent, calcule, souffre, affectionne, respecte, se compare, évalue. Pupilles rouges, grises, fauves, rondes, en amande, cerclées de noir, bordées de feu, humides, rieuses, elles s’ouvrent sur l’intimité de la bête, révèlent, justifient, innocentent ou trahissent un silence intérieur que ni les cris, ni les appels, ni les sifflements, ni les hurlements et grognements, ni aucun des autres signes sonores que chaque race émet ne peuvent expliquer. Ces faces animales sont muettes. Elles nous parlent, toutefois. Ce qui s’entend, c’est une sorte d’humanité qui ne peut dire son nom, un maillon vers une manière d’aséité, une interrogation que relaient des liens invisibles avec cet homme étranger qui soudain s’impose, traque, découvre ces autres faciès, couverts de poils, d’écailles, de plumes, de duvet, crochus, pointus, allongés, armés de dents. Pas de dialogue possible, et pourtant une demande de compréhension de part et d’autre. Un aller plus loin que chacun admet comme impossible. Ces photos frontales prises à quelques mètres, moins souvent, montrent combien les notions de distance et de proximité avec les animaux sont difficiles à établir. Que voient-ils ? Comment interpréter cet appel, ce refus, cette mise en garde, cette attente, simplement cette présence que leurs yeux transmettent ? A travers son objectif, le photographe a cadré l’essentiel de ce mystère des animaux. Il ne juge pas, il n’exagère rien, il ne réduit rien. Il témoigne de ce qu’il voit. Le sauvage a quelque chose de beau quand rien ne le pervertit. Le danger, certes, est là. Mais faut-il y penser devant ce spectacle d’autant plus envoûtant qu’il est éphémère.

| Lire la suite

<<  7 8 9 10 11 [1213 14 15  >>  

Kazi

  • 31 rue Colonel Desgrées Du Lou
    44100 Nantes

Contact

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commandes

  • Commander un tirage d'art
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Suivez-moi